Les médias numériques dans l’éducation des enfants

Les parents qui accompagnent leurs enfants et utilisent convenablement les médias numériques constatent que les compétences médiatiques peuvent être transmises en même temps que les expériences primaires et les facultés cognitives. Lorsque la consommation médiatique des enfants se déroule correctement, il n’y a aucune raison de la diaboliser.

Les chambres d’enfants reflètent notre époque et les jouets en disent long sur les principaux thèmes de société. L’évolution constante de l’offre de jeu et du comportement des enfants n’a rien d’inédit. Ainsi, les jouets en bois ont cédé la place à des gadgets en plastique colorés et les conteurs aux disques, aux cassettes puis aux CD. Aujourd’hui, la chambre d’un enfant d’âge préscolaire comprend, outre les jouets, des médias comme des livres d’images et d’histoires de même qu’un lecteur audio pour écouter des histoires et de la musique. On y trouve parfois aussi un ordinateur éducatif aux couleurs vives ou une petite console de jeux vidéo. Plus rarement, l’enfant a un téléviseur ou sa propre tablette dans sa chambre. Bref: les enfants d’âge préscolaire disposent d’une large panoplie de médias.

Faire ses propres expériences

Les innovations techniques des médias mises à part, peu de choses ont changé quant aux étapes essentielles de développement que doit accomplir un enfant en grandissant. Les enfants ont envie de découvrir le monde et pour cela, les expériences primaires sont et restent essentielles. Il s’agit des expériences que l’enfant fait avec son propre corps, lorsqu’il touche, écoute, observe, sent, goûte. Creuser dans un bac à sable, caresser un chat, lancer des cailloux dans l’eau, pétrir de la pâte ou griffonner ses premières lettres sur du papier. Au-delà de ces activités non médiales, les enfants entrent très tôt en contact avec les médias et examinent attentivement la démarche de leurs parents. Si l’enfant voit sa mère ou son père travailler sur un ordinateur portable ou regarder des photos sur son smartphone, il voudra sans doute essayer à son tour. En matière d’utilisation des médias, les parents jouent donc un important rôle de modèle.

Les médias numériques comme complément

Les enfants trouvent les médias sur écran passionnants, mais ils préfèrent généralement jouer avec les copains et les copines, à l’intérieur ou à l’extérieur. Pourtant, de nombreux parents s’inquiètent en constatant que leur enfant fait de moins en moins d’expériences sensorielles directes et que ses expériences primaires reculent au profit des expériences indirectes offertes par les médias numériques: une appli pour empiler les briques Lego, un jeu vidéo dans lequel on s’occupe d’un animal domestique ou encore des émissions télévisées qui remplacent le jeu. Or il est important que les enfants jouent à l’intérieur comme à l’extérieur et fassent leurs propres expériences. Un enfant de moins de trois ans ne rate rien en l’absence d’écrans. Et ces derniers ne causeront aucun dommage irréparable à un enfant d’âge préscolaire si leur utilisation est limitée dans le temps, accompagnée et adaptée à l’âge de l’enfant. Un enfant d’âge préscolaire n’a donc besoin ni de son propre téléviseur dans sa chambre, ni de sa propre tablette ou de son propre ordinateur.

Des moments médiatiques partagés

La gestion des médias numériques s’apprend, et le développement des compétences médiatiques commence dès que l’enfant regarde un livre, assis sur les genoux de sa mère ou de son père, en suçotant avec délectation le coin d’un livre d’images, ou en tentant de tourner les pages avec enthousiasme. Pour l’enfant, les premiers moments médiatiques commencent par la lecture à haute voix. Plus tard, il est possible de découvrir ensemble une application pour enfants ou une émission télévisée pour enfants. Plus l’enfant est jeune, plus il est important qu’il soit accompagné par une personne de référence en consommant des médias. Différentes études, par exemple MIKE 2017, ont montré que les livres et les médias audio restent parmi les préférés des jeunes enfants, même si la télévision exerce une grande fascination sur les enfants d’âge préscolaire. L’utilisation des médias est de moins en moins liée à un lieu précis, de sorte que les images animées et les films d’animation peuvent être visionnés partout, sur un smartphone ou une tablette.

L’importance de son propre vécu avec les médias

Pour sélectionner des médias, les parents ne s’appuient pas seulement sur l’évaluation de la qualité d’une offre – ils font également appel à leur propre expérience avec les médias: avec quoi ai-je aimé jouer? Quels médias ai-je utilisé depuis mon enfance? Quelles expériences souhaiterais-je que mon enfant fasse avec les médias, et lesquelles plutôt pas? Comment mon enfant peut-il apprendre à gérer les médias numériques de manière judicieuse et raisonnable? Ces questions clés permettent aux parents de s’orienter pour déterminer dans quelle mesure leurs enfants pourront utiliser les médias et pour établir des règles familiales. Participer à la consommation médiatique dédramatise les médias, montre qu’ils ne sont ni exceptionnels ni négatifs en eux-mêmes: ils font simplement partie de notre univers et peuvent aussi être utilisés conjointement. En ligne comme hors ligne, il est essentiel que le quotidien familial soit balisé d’expériences partagées.

La consommation médiatique dans les garderies

De nombreux parents estiment que les médias numériques sont superflus dans les garderies ou les groupes de jeu. Mais pour les enfants qui ne sont pas accompagnés par leurs parents dans l’utilisation des médias, les expériences et projets avec des médias dans les structures préscolaires offrent une possibilité de combler des lacunes. Les projets médiatiques adaptés à l’âge des enfants permettent de poser des jalons dès l’âge préscolaire, par exemple à travers des jeux de devinette, de mémoire (Memory) ou de découverte. Mais les parents doivent être bien informés de la manière dont les établissements préscolaires utilisent les médias numériques. Il ne suffit pas de déterminer si un enfant est autorisé à utiliser un média – il faut aussi protéger ses droits personnels et ses données lorsqu’il est photographié ou filmé.

Participer à la composition du menu médiatique

Les parents peuvent se sentir dépassés par l’évolution technologique effrénée des médias. Mais ils n’ont pas à simplement subir cette évolution – ils peuvent participer à la composition du menu médiatique de leurs enfants. Il est important de comprendre pourquoi un enfant souhaite consommer une certaine offre médiatique au détriment de toute autre activité. Chez les enfants d’âge préscolaire, les mères et les pères ont généralement une fonction régulatrice très prononcée. Ils filtrent ce que l’enfant fait avec les médias, quels médias il consomme ou ce qu’il en apprend. Cette fonction s’atténue à mesure que l’enfant grandit. Accompagné par les adultes, l’enfant apprend à porter un regard critique sur les contenus médiatiques, à les apprécier et à les choisir, à parler de ses expériences avec les médias.

Conseils pour les parents

  • Les enfants d’âge préscolaire ont avant tout besoin d’expériences primaires qu’ils peuvent compléter par des offres médiatiques sélectionnées.
  • Même s’ils sont fascinés par les écrans, les jeunes enfants apprécient toujours beaucoup les livres et les médias audio. Il vaut la peine d’exploiter cet intérêt et de leur lire régulièrement des histoires.
  • Ce que vous autorisez à votre enfant en matière de médias numériques dépend de votre attitude et des souvenirs que vous associez aux différents médias. Le mieux est d’expliquer à l’enfant les règles appliquées au sein de votre famille en matière de médias. Plus l’enfant grandit, mieux il peut comprendre vos motifs.
  • Si vous accompagnez votre enfant d’âge préscolaire dans sa consommation médiatique, vous pouvez répondre directement à ses questions et plonger avec lui dans l’aventure médiatique. Il apprendra ainsi à connaître et à comprendre les différents contenus, sur la tablette, à la télévision ou dans un jeu vidéo.
  • Il existe une multitude d’offres pédagogiques et adaptées aux enfants qui peuvent les amuser. Mais faire le bon choix demande du temps et de l’intérêt.
Daniel Betschart

Daniel Betschart

Daniel Betschart est responsable du domaine des compétences médiatiques chez Pro Juventute. Il coordonne des projets et des programmes pour les enfants, les jeunes, les parents et les spécialistes sur les thèmes des médias numériques. Il a longtemps travaillé dans l’animation jeunesse en milieu ouvert et est père de deux garçons.

L'article vous a-t-il été utile?

0
0