lootboxen

«Loot boxes»: des jeux de hasard dissimulés dans des jeux vidéo?

Le principe de vente d’images à collectionner est ancien et bien connu. Depuis un certain temps, il est également utilisé dans les jeux d’ordinateur comme Fortnite ou FIFA, avec les « loot boxes » (boîtes à butin). Parce que ces boîtes comportent des éléments apparentés aux jeux de hasard, plusieurs pays envisagent leur interdiction dans les jeux électroniques pour les enfants et les jeunes.

De nombreux jeux d’ordinateur connus tels que FIFA, Counter-Strike ou Fortnite comportent des « loot boxes » (boîtes à butin), qui fonctionnent selon le même principe que les images à collectionner. Il s’agit d’acheter pour une somme modique un sachet avec des autocollants permettant de remplir un album de collection. On ne sait pas quelles images se trouvent dans le sachet avant de l’ouvrir. Pour pouvoir remplir son album de collection, il faut sans cesse acheter de nouveaux autocollants.

Le fonctionnement des «loot boxes»

Les «loot boxes» ou boîtes à butin sont remplies au hasard d’objets virtuels. Il peut s’agir d’objets procurant des avantages dans un jeu, par exemple une armure, des armes, des médicaments ou des matières premières. Dans le jeu FIFA, ce peut être un joueur vedette qui rejoint son équipe, comme pour les images Panini.

Dans d’autres jeux, les contenus des boîtes à butin sont purement cosmétiques. Ces «skins», comme on les appelle, sont des vêtements, une couleur de voiture spéciale ou des accessoires sans influence sur le jeu. Mais ces éléments sont populaires et souvent exclusifs, disponibles en quantité limitée.

Il est possible d’obtenir des «loot boxes» simplement en jouant, mais on trouve les objets souhaités plus rapidement en achetant les boîtes, avec de l’argent réel ou virtuel. Lorsque des objets présentent un avantage pour le jeu, on parle de «pay-to-win» (payer pour gagner).

Un commerce lucratif

Pour l’industrie des jeux vidéo, les boîtes à butin constituent un modèle commercial rentable. En Allemagne, ces petites transactions représentent environ la moitié des recettes liées aux jeux vidéo. Si ces achats ne représentent pas une lourde charge financière pour les joueur∙euse∙s, les sommes réunies pour l’industrie sont énormes. Et dans certains cas, hélas, des joueur∙euse∙s vulnérables dépensent des montants de quatre chiffres en quelques mois pour de telles transactions.

Les boîtes à butin remplissent les critères des jeux de hasard

Le caractère imprévisible des boîtes à butin leur vaut à la fois succès et critiques. Bien que les joueur∙euse∙s reçoivent toujours un objet virtuel lorsqu’ils achètent une boîte à butin, le principe est comparable à celui des jeux de hasard en raison du large facteur aléatoire.

Or les jeux de hasard sont soumis à des directives légales très sévères et leur accès n’est pas autorisé aux mineurs. Dans de nombreux jeux comportant des boîtes à butin, les joueur∙euse∙s ne connaissent pas la probabilité de trouver la récompense convoitée dans le coffre au trésor virtuel.

Il est en partie possible de savoir dans quelle mesure une boîte contient des objets virtuels, mais pas lesquels. Ainsi, des joueur∙euse∙s passent parfois des heures à jouer pour gagner des boîtes ou achètent une grande quantité de boîtes pour obtenir l’objet souhaité.

Le principe aléatoire des boîtes à butin n’est pas la seule caractéristique apparentée aux jeux de hasard. Une étude de l’Université de Hambourg montre qu’une grande partie des transactions est effectuée par un nombre relativement restreint de joueur∙euse∙s – un autre aspect typique des jeux de hasard.

Chaque pays doit agir de manière autonome

Le débat sur les boîtes à butin est en cours depuis quelques années. En Belgique et aux Pays-Bas, les boîtes à butin de certains jeux sont déjà considérées comme des jeux de hasard illégaux et ont été interdites. Les concepteurs de ces jeux ont dû éliminer les boîtes à butin de leurs jeux ou assurer une meilleure transparence. Aux États-Unis, un projet de loi considérant les boîtes à butin comme des jeux de hasard et souhaitant leur interdiction a également été présenté.

En Suisse, un jeu peut être assujetti à la nouvelle loi sur les jeux d’argent, entrée en vigueur en janvier 2019, en fonction de différents facteurs, mais la chose est complexe. Cela dépend notamment de la façon d’obtenir les boîtes à butin dans un jeu et de la possibilité que leur contenu apporte un avantage financier aux joueur∙euse∙s. Chaque jeu doit être examiné individuellement.

Conseils pour les parents

  • S’informer sur les fonctions de paiement des applis et jeux vidéo. Le site allemand spieleratgeber-nrw.de fournit une évaluation pédagogique du contenu de nombreux jeux ainsi que des informations sur les possibilités de paiement problématiques dans les jeux vidéo.
  • Parler avec les enfants de l’utilisation des médias et du comportement à adopter face aux contenus ou phénomènes problématiques. Écouter et soutenir les enfants.
  • Gérer son argent et ses dépenses est une compétence essentielle que les enfants et les jeunes doivent acquérir au cours de leur développement. La possibilité d’assumer la responsabilité de leur propre budget peut les y aider. Le salaire jeunesse® est ici un modèle éprouvé. Les jeunes à partir de 12 ans peuvent ainsi gérer leur propre budget et apprendre à trouver un équilibre entre leurs désirs de consommation et les achats nécessaires. Pour plus d’informations : salairejeunesse.ch.
  • Pour éviter que le smartphone se transforme en gouffre financier, il est judicieux d’utiliser des cartes de paiement prépayées pour les dépenses dans les jeux et les applis. Un montant doit alors être chargé sur la carte avant que celle-ci puisse servir à régler des achats dans les jeux vidéo.
Daniel Betschart

Daniel Betschart

Daniel Betschart est responsable du domaine des compétences médiatiques chez Pro Juventute. Il coordonne des projets et des programmes pour les enfants, les jeunes, les parents et les spécialistes sur les thèmes des médias numériques. Il a longtemps travaillé dans l’animation jeunesse en milieu ouvert et est père de deux garçons.

L'article vous a-t-il été utile?

0
0