Grâce à l’appli de paiement, c’est possible

Les jeunes ont toujours leur smartphone sur eux, mais pas forcément leur porte-monnaie. C’est pourquoi les applis de paiement comme Twint jouissent d’une grande popularité auprès d’eux, au point d’entamer, avec un peu de retard, une véritable conquête du marché.

Au restaurant, dans les boutiques en ligne ou entre ami∙e∙s, les applications de paiement font du transfert d’argent un jeu d’enfant. Elles sont ainsi de plus en plus populaires, surtout chez les jeunes. C’est logique, car on peut alors se passer de carte de crédit, de données d’accès et d’autres outils pour effectuer un transfert d’argent en ligne. L’appli suffit. En Suisse, l’application « Twint » a réussi la meilleure percée. On y crée un profil, que l’on lie ensuite en quelques clics à un compte bancaire personnel. Et voilà. On peut alors déjà virer de l’argent à d’autres utilisatrices et utilisateurs Twint, par exemple d’un smartphone à l’autre. Dans le langage courant, on appelle cela « twinter ». Ce mode de paiement est accepté par des dizaines de milliers de magasins et de boutiques, et de nombreuses banques suisses proposent déjà le virement mobile. Pour effectuer un paiement, il suffit souvent d’activer la caméra de son smartphone, de scanner un code QR et de cliquer pour confirmer les indications. Un code individuel ou une identification tactile permettent d’accéder à l’application en toute sécurité.

Votre enfant achètera-t-il bientôt une voiture ?

Les ados et jeunes adultes doivent faire face à un monde plus exigeant à certains égards − l’univers de la consommation, notamment, est de plus en plus complexe. Aujourd’hui, il est possible de dépenser de l’argent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sans sortir son porte-monnaie. Les nombreuses possibilités de paiement numériques peuvent engendrer une certaine confusion ; et avec les applications comme Twint, il n’est même plus nécessaire d’acquérir une carte de crédit.

Pour prévenir les risques de consommation incontrôlée, Twint exige que les utilisatrices et utilisateurs possèdent un compte à leur propre nom, ou fournissent les coordonnées d’une carte de crédit ou d’une carte prépayée. Dans le dernier cas, les paiements sont soumis à des limites mensuelles – CHF 100 pour les jeunes de 12 à 14 ans et CHF 500 pour les 15 à 17 ans. Les limites augmentent si les paiements sont effectués directement via un compte – alors, le montant varie d’un établissement bancaire à l’autre. En principe, les limites correspondent au retrait maximum possible par mois, lequel est moins élevé pour un compte jeune que pour un compte adulte privé. Bien entendu, toutes les limites peuvent être augmentées. Mais si votre enfant mineur twinte, votre qualité de parent vous permet de disposer d’une procuration sur son compte bancaire et vous avez ainsi votre mot à dire quant à ces limites.

Plus les transferts d’argent sont virtuels, plus il est important que vous abordiez rapidement avec votre enfant, d’une manière adaptée à son âge, les questions de consommation, d’argent ou de publicité. Le salaire jeunesse peut aider les jeunes à apprendre à gérer leur argent de manière responsable.

Encourager la responsabilité personnelle des jeunes

Le salaire jeunesse (Jugendlohn® en allemand) est un modèle d’éducation élaboré par le psychologue et thérapeute familial Urs Abt et dans le cadre duquel les jeunes financent de manière autonome une partie importante de leurs dépenses courantes. Très tôt (l’introduction est recommandée dès l’âge de douze ans), les enfants et les jeunes reçoivent de leurs parents un montant mensuel fixe avec lequel ils règlent de manière autonome certains frais courants (par exemple vêtements, coiffeurs, loisirs, abonnements, etc.). Il s’agit ainsi d’inciter les jeunes à bien répartir leur argent, à faire la part des choses entre leurs désirs et les achats nécessaires et à développer une conscience réaliste des prix.

Une étude montre que ce modèle d’éducation déleste les parents et contribue à détendre des relations parfois complexes pendant la puberté ainsi qu’à responsabiliser les jeunes (Presseportal Schweiz, Umsetzung Jugendlohn®, 20.3.2018). Or la responsabilité personnelle est essentielle lorsqu’il est possible de faire des achats en quelques secondes sans la présence ou l’autorisation des parents.

Dépenser de l’argent, ça s’apprend

Un aspect important de la gestion de l’argent réside dans l’aptitude à planifier et répartir ses dépenses. Les jeunes peuvent s’y entraîner plus aisément en disposant d’un montant mensuel fixe plutôt qu’en demandant de l’argent à leurs parents au gré de leurs envies. Avec Twint, vous pouvez par exemple verser chaque mois le montant convenu sur le compte jeune de votre fille ou de votre fils, qui peut en disposer librement – également pour twinter.

Encourager la responsabilité personnelle des jeunes

  • Définir avec l’enfant une limite jusqu’à laquelle il décide lui-même des achats à effectuer. Convenir avec lui que les dépenses plus importantes nécessiteront une discussion.
  • Au cours des premiers mois avec le salaire jeunesse, il peut être important de noter les dépenses courantes. Votre enfant commencera ainsi à comprendre qu’un budget doit être optimisé et que les achats plus importants impliquent des économies préalables et parfois certains renoncements.
  • Discuter de temps en temps avec l’enfant de ses envies (d’achat) du moment. Quels sont les arguments pour et contre ? Ne pas oublier que les erreurs font également partie du processus d’apprentissage.

L’essentiel en bref

  • Twint est une méthode de paiement mobile qui permet de verser ou de recevoir directement des montants dus entre camarades.
  • De nombreux établissements financiers suisses proposent déjà leurs propres solutions Twint. Celles-ci fonctionnent également sans carte de crédit ou carte prépayée, via un compte personnel.
  • Il est possible de payer ainsi rapidement et sans argent liquide dans des milliers de boutiques en ligne, de magasins, de kiosques et de restaurants, tendance à la hausse.
  • Twint jouit d’une grande popularité chez les jeunes. Ceci notamment grâce à sa rapidité et au fait qu’aucune carte de crédit n’est nécessaire.
  • Le salaire jeunesse (Jugendlohn®) peut aider à acquérir les compétences financières nécessaires.
  • Des études montrent que le salaire jeunesse Jugendlohn®) favorise la responsabilité et l’autonomie des jeunes.
Daniel Betschart

Daniel Betschart

Daniel Betschart est responsable du domaine des compétences financières chez Pro Juventute. Il coordonne des projets et des programmes pour les enfants, les jeunes, les parents et les spécialistes sur les thèmes de l’argent et de la consommation. Il a longtemps travaillé dans l’animation jeunesse en milieu ouvert et est père de deux garçons.

L'article vous a-t-il été utile?

1
0